Alors que le hard fork Istanbul s’est déroulé il y a peu, Ethereum est obligé de procéder à un autre hard fork en janvier.

L’erreur est humaine

Les oublis et les erreurs peuvent arriver, surtout lorsque des humains réalises des tâches complexes. Un peu plus tôt ce mois durant l’update Istanbul, les développeurs ont fait une erreur. En effet, ils ont mal estimé la date à laquelle la fonctionnalité “difficulty bomb” (qui ralentit les blocs, aussi surnommée “Ice Age) pourrait devenir une menace.

Il a été estimé que cette fonctionnalité ne devrait pas constituer une menace avant mi-2020, selon un post de blog mis en ligne par Pooja Ranjan, fondateur de l’entreprise blockchain Avarch et de son projet EtherWorld. Sachant que la bombe va avoir un impact plus tôt que prévu, il est nécessaire de la délayer avec un autre hard fork.

Un nouveau hard fork “Muir Glacier”

Durant le Meeting N°77 des développeurs Ethereum il y a quatre jours, il y a eu consensus qu’un nouveau hard fork, Muir Glacier, sera activé au bloc 9,200,000. C’est-à-dire, autour du 1-4 janvier 2020. Celui-ci va reporter l’âge de glace à 4 millions de blocs (soit 611 jours environ).

Ethereum est également supposé passer à une version Proof-Of-Stake. Cependant, comme rapporté précédemment, cela ne se produirait pas avant l’année 2022.

Pour en apprendre plus sur ce nouvel hard fork, regardez la vidéo ci-dessous, simple et facile à comprendre : 

Source :

Recevez les meilleures actualités sur les crypto-monnaies par email, une fois par semaine. Vous allez adorer !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici