Le 2 janvier dernier, Ethereum a opéré une nouvelle hard fork (Muir Glacier). Son unique objectif, moins d’un mois seulement après la mise à jour Istanbul, était de repousser la future bombe de difficulté de 4 millions de blocs supplémentaires. Mais cette mise à jour a également eu une autre conséquence, à savoir la réduction du temps de création des blocs de 25 %.

Table des matières

Des blocs plus rapides

Avant la mise à jour Muir Glacier, il fallait environ 17 secondes pour qu’un bloc soit finalisé. Désormais, il faut moins de 13 secondes pour qu’un bloc Ethereum soit confirmé, ce qui représente un gain de 25 %.

Pour rappel, la bombe de difficulté a pour objectif d’empêcher des mineurs de continuer l’ancienne chaîne de blocs Ethereum lorsque le projet migrera vers un algorithme de type Proof of Stake.

Muir glacier : conséquences sur les blocs
Muir glacier : conséquences sur les blocs – source etherscan

Une inflation revue à la hausse

L’une des conséquences directes de ces blocs plus rapides, outre davantage de transactions traitées, concerne la masse monétaire. Vu que de l’Ether est créé à chaque bloc, cela signifie que l’inflation monétaire augmente elle aussi de 25 %.

D’après les statistiques d’Etherscan, les mineurs Ethereum ont créé 4.980 blocs le 1er janvier, pour 10.237 ETH créés. Le 4 janvier, le nombre de blocs créés fut de 6570, pour 13.437 ETH générés. Soit une augmentation d’un peu plus de 30 % des blocs et rewards avant et après Muir Glacier.

Muir Glacier en vidéo

Recevez les meilleures actualités sur les crypto-monnaies par email, une fois par semaine. Vous allez adorer !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici