Pour la Banque Mondiale, « la croissance globale devrait ralentir au cours des prochaines années. Notamment à mesure que le ralentissement s’intensifiera, que le commerce et l’investissement se modéreront et que les conditions de financement se resserreront » dans de nombreuses économiques développées. 

Table des matières

Les perspectives économiques de 2020 sont assombries par les tensions commerciales mondiales et le niveau global d’endettement

Dans son dernier rapport publié en juin 2019, l’institution financière a déclaré que « la croissance mondiale en 2019 devrait ralentir à 2,6 %, soit 0,3 point de pourcentage de moins que les prévisions précédentes ». Les raisons ? Un niveau d’échanges et d’investissements dans le monde plus faible que prévu en début d’année 2019.

Cette baisse reflète « le rythme le plus faible depuis la crise financière mondiale. En effet, l’activité économique mondiale a continué de ralentir au début de 2019, le commerce international et le secteur manufacturier montrant des signes de faiblesse » selon l’organisation internationale.

Si le Fonds Monétaire International a confirmé que la croissance mondiale prévue pour 2019 a atteint son niveau le plus bas depuis 2008, la situation pourrait ne pas s’améliorer en 2020. En effet, les tensions commerciales accrues entre les grandes économies entravent le niveau des échanges, et donc celui de la croissance mondiale.

« L’incertitude quant aux perspectives de plusieurs de ces pays [les marchés émergents d’Amérique latine, du Moyen-Orient et des pays développés et émergents d’Europe], le ralentissement prévu en Chine et aux États-Unis et les risques baissiers importants pourraient entraîner un rythme beaucoup plus modéré de l’activité mondiale » a noté le FMI dans ses dernières Perspectives de l’économie mondiale.

Découvrez à quoi sert la politique monétaire d’un pays (français) :

Pour faire face à ces incertitudes et à ces risques, de nombreuses banques centrales injectent de l’argent dans leurs économies 

La FED aux États-Unis, la BCE en Europe et d’autres banques centrales dans le monde ont adopté (ou adopteront) des politiques monétaires plus souples avec des taux d’intérêt plus bas et/ou des initiatives de stimulation monétaire (quantitative easing). 

La Fed, par exemple, a abaissé ses principaux taux d’intérêt à trois reprises l’an dernier (après les avoir augmentés à quatre reprises en 2018), ce qui a entraîné un niveau d’endettement record (total combiné de la dette des entreprises, de la dette des ménages et de la dette nationale).

Depuis le mois de septembre dernier, la FED injecte beaucoup d’argent dans les marchés. Le but est de maintenir les liquidités à un niveau élevé pour permettre aux banques d’émettre plus de prêts, ce qui augmente la dette globale. D’après un article publié par le Wall Street Journal, 41 milliards de dollars auraient été injectés dans les marchés financiers par la Fed de New York la semaine dernière. 

La trajectoire de la croissance mondiale pourrait soutenir l’utilisation du Bitcoin en 2020

Bien que la prévision de la croissance économique mondiale soit un exercice difficile, certains signes indiquent que nous pourrions être à la fin du cycle économique actuel. 

Nous pourrions être aux derniers stades d’une période d’expansion économique. Il y a donc certains événements et certaines variables à prendre en considération et qui pourraient signaler un tournant.

Ces changements pourraient présenter des opportunités d’investissements sur tous les marchés financiers, et en particulier celui des crypto-monnaies avec le Bitcoin (BTC).

En effet, le Bitcoin représente une forme de monnaie décentralisée dont la masse monétaire est vraiment limitée (21 millions). Elle ne peut être manipulée par un organe central. Grâce à la blockchain, son fonctionnement est transparent, immuable et incorruptible. 

Contrairement au fonctionnement des banques centrales, aucun assouplissement monétaire ne peut être mis en place sur le Bitcoin à la demande des institutions mondiales ou des gouvernements.

Quels événements surveiller en 2020 ?

  • Guerres commerciales
  • Brexit
  • Autres risques géopolitiques
  • Croissance mondiale 
  • Résultats de l’entreprise
  • Politiques monétaires mondiales
  • Courbe de rendement (courbe des taux inversées)
  • Secteur manufacturier et des services
  • Marché du travail
  • Niveaux d’endettement
  • Volatilité des marchés
Source :

Bitcoinist

Recevez les meilleures actualités sur les crypto-monnaies par email, une fois par semaine. Vous allez adorer !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici