L’un des gendarmes financiers américains, la CFTC, a annoncé hier des poursuites à l’encontre du CEO de BitMEX, Arthur Hayes, ainsi que d’autres dirigeants et structures morales dépendant de la bourse d’échange. Elle l’accuse d’avoir offert illégalement un service de trading produits dérivés à des Américains.

Simultanément, la procureure du district sud de New York a annoncé des poursuites à l’encontre de Hayes, Delo, Reed et Gregory Dwyer pour non-respect du secret bancaire. Reed a déjà été arrêté, tandis que les autres n’ont pas pu être interceptés, selon un communiqué de presse.

« Un accusé a été jusqu’à se vanter que la société est enregistrée en dehors des États-Unis car la corruption des régulateurs dans cette juridiction coûte des cacahuètes, » a déclaré l’assistant du directeur du FBI, William Sweeney Jr, via un communiqué. « Grâce au travail méticuleux de nos agents, analystes et de nos partenaires de la CFTC, ils vont rapidement connaître le prix à payer pour les crimes dont ils sont accusés. Il ne s’agira pas de cacahuètes, cette fois, mais plutôt d’amendes, de restitutions et de peines d’incarcération. »

Une enquête en cours depuis 2019, KYC en avril

BitMEX ferait l’objet d’une enquête de la CFTC depuis au moins juillet 2019. La bourse d’échange avait introduit le KYC en avril 2020. Ce qui ne l’empêchera pas d’éviter des ennuis. Comme l’explique la CFTC, BitMEX se vante d’être la plus grosse plate-forme produits dérivés cryptos. Chaque jour, elle génère des volumes de plusieurs milliards de dollars. C’est un secret de polichinelle que de nombreux Américains ont utilisé ou utilisent la plate-forme.

Tout le monde ou presque sait aussi qu’il faut être habilité pour pouvoir offrir de tels services aux États-Unis. Ce n’était donc qu’une question de temps avant que les régulateurs US s’attaquent à BitMEX.

Que va-t-il se passer pour BitMEX ?

Si la culpabilité des accusés est avérée, la CFTC infligera ses amendes habituelles. Mais elle souhaite également que BitMEX rembourse tous ses profits réalisés aux États-Unis. Ainsi que ses clients américains.

Du côté de BitMEX, on a réfuté les accusations en bloc. La société compte bien donc se défendre. Elle a précisé qu’elle continue d’opérer normalement, que les fonds des clients ne sont nullement en danger. Les retraits seraient traités dans les délais habituels.

Recevez les meilleures actualités sur les crypto-monnaies par email, une fois par semaine. Vous allez adorer !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici