Tandis qu’Ethereum a volé la vedette à Bitcoin durant ces derniers jours, le patron de Goldman Sachs a fait une sortie remarquée sur CNBC. Invité de l’émission Squawk Box hier, il a déclaré que les régulateurs « doivent hyperventiler suite au succès récent de Bitcoin ». Selon lui, la crypto monnaie mine la capacité des régulateurs à surveiller le système financier.

L’argument de la lutte contre le terrorisme

« Vous ne savez pas qui vous payez. Les Coréens du Nord, Al Qaïda, le corps des gardiens de la révolution islamique ? » Malgré le fait que la traçabilité de la chaîne de blocs a permis de remonter à des groupes terroristes, Blankfein se demande comment les régulateurs peuvent permettre aux cryptos de prospérer sous leur forme actuelle. « Si j’étais un régulateur, le succès récent de Bitcoin me donnerait de la spasmophilie. Je m’équiperai afin de m’y attaquer, » a-t-il déclaré.

Un Bitcoin conforme “perdra son attrait”

Selon patron de Goldman Sachs, de nombreuses libertés fondamentales inhérentes à Bitcoin devront être éliminées afin qu’il se conforme aux règles financières en vigueur. Il se demande alors quelle sera la demande pour BTC s’il est amputé de ces fonctionnalités. « C’est faisable, mais cela minerait la liberté et le manque de transparence, soit les éléments qui ont fait son succès. Bitcoin devra résoudre ce dilemme, » a-t-il déclaré.

Blankfein a également critiqué le rôle de réserve de valeur de Bitcoin. Il a notamment mis en exergue sa volatilité. Ainsi que les connaissances technologiques nécessaires pour conserver soi-même ses BTC. « Il s’agit d’une réserve de valeur qui peut bouger de 10 % en un jour. Si vous perdez le code ou une feuille de papier, c’est perdu à jamais. Si quelqu’un vous le vole, que faire, » a-t-il déclaré.

Que penser de tout cela ?

Bien sûr, il est difficile de se faire donner la leçon en termes d’honnêteté par le patron d’une institution bancaire frappée à moult reprises par des sanctions financières pour manipulations, blanchiment d’argent et compagnie. Mais cela ne signifie pas qu’il ne faut pas écouter les arguments. Selon moi, ce n’est en effet qu’une question de temps avant que des règles plus drastiques soient appliquées à Bitcoin. On peut envisager un système de whitelisting des adresses BTC ayant fait l’objet d’une procédure KYC. Bien entendu, cela n’empêcherait pas les transactions entre adresses non authentifiées. Mais cela pourrait bloquer la conversion fiat, ce qui serait problématique.

Cela dit, cela ne contrarierait que la frange cypherpunk des cryptos. Il est évident que les investisseurs institutionnels se moquent totalement de ces règles. Si Bitcoin entre dans le domaine maintream, ces règles de conformité ne seront pas un gros souci, selon moi. Je pense même qu’elles sont souhaitables. Ces régulations feraient baisser drastiquement les chances de bannissement total des cryptos décentralisées. Ce qui serait une grande victoire pour l’écosystème.

Source :

Recevez les meilleures actualités sur les crypto-monnaies par email, une fois par semaine. Vous allez adorer !

1 COMMENTAIRE

  1. Goldman Sach, Blankfein ! me fait doucement sourire . Blanchiment : une enquête internationale révèle le rôle de grandes banques
    Une nouvelle enquête menée par l’ICIJ et 108 médias internationaux montre que près de 2000 milliards de dollars de transactions suspectes sont passés par de grandes banques entre 1999 et 2017.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici