Tandis que les crypto-monnaies se stabilisent tant bien que mal tout en restant volatile, un nouveau débats émerge. Ethereum pourrait-il prendre la place de Bitcoin au classement des cryptomonnaies les plus précieuses ? Certains le pensent, mais ce n’est pas du tout le cas de Stanley Druckenmiller.

Table des matières

Les arguments en faveur d’Ethereum

Récemment, un rapport fouillé de Goldman Sachs établit qu’Ethereum pourrait bien relayer Bitcoin au second plan. Ses analystes, dont Jeffrey Currie, ont mis l’accent sur la plus grande agilité de la crypto aux smart contracts. Un article de Bloomberg cite également Pat LaVecchia, d’Oasis Pro Markets LLC, qui estime que les perspectives de croissance d’Ethereum semblent plus attractives. Avec le proof of stake, Ethereum pourra se targuer de consommer beaucoup moins d’énergie que Bitcoin.

Stanley Druckenmiller derrière Bitcoin

Le milliardaire Stanley Druckenmiller fait partie de ceux qui ne sont pas convaincus. Selon lui, Bitcoin a déjà gagné la bataille de la réserve de valeur numéro 1 des cryptos en raison de son ancienneté et de sa masse monétaire fixe. Il est par contre beaucoup moins sûr qu’Ethereum parviendra à conserver son siège de champion incontesté des contrats intelligents.

Les incertitudes qui planent rendent les pronostics très compliqués

Pour savoir qui de Bitcoin ou d’Ethereum gagnera la bataille à long terme, il faut selon moi parvenir à prédire l’usage dominant des crypto-monnaies, qui sera conditionné par les régulations à venir. Il faut également anticiper les changements qui vont bouleverser les cryptos concernées, par exemple l’évolution de la masse monétaire d’Ethereum. L’EIP-1559 prévoit notamment de détruire le base fee payé pour chaque transaction. Potentiellement, Ethereum pourrait ainsi devenir déflationniste, ce qui la rendrait plus attractive encore que BTC en tant que réserve de valeur.

De plus, si on suit la vision du maximaliste des maximalistes de Bitcoin, Michael Saylor (il affirme que le système financier sera articulé autour de Bitcoin), l’agilité intrinsèquement supérieure d’Ethereum en fait un meilleur candidat pour matérialiser cette vision.

L’avenir des cryptos est encore fort incertain, mais les risques varient en fonction des jetons. Bitcoin est clairement en train d’être légitimisé. Il faudrait que la volatilité cesse afin qu’il s’affirme définitivement en tant que réserve de valeur. Les régulations nécessaires pour que Bitcoin se conforme aux règles qui régissent les flux internationaux de capitaux ne devraient pas remettre en question son rôle de réserve de valeur (les institutionnels sont habitués à se conformer à des tas de règles). Pour Ethereum, c’est plus compliqué en raison de sa complexité plus grande.

Qui sera intéressé par la finance décentralisée si Ethereum est régulé ? ETH 2.0 va-t-il tenir ses promesses en termes de scalabilité ? De nombreux points d’interrogation subsistent.

Conclusion

Ethereum dispose clairement d’un potentiel certain, l’ignorer pourrait être dangereux. Mais en l’état des choses, Bitcoin reste en meilleure position, selon moi. On aura une meilleure vue de la situation lorsque Ethereum aura fini sa métamorphose vers le PoS.

Source :

Recevez les meilleures actualités sur les crypto-monnaies par email, une fois par semaine. Vous allez adorer !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici