Dragonfly Capital Partners, une nouvelle société de capital-risque axée sur les crypto-devises, a annoncé le lancement de son premier fonds de 100 millions de dollars dédié aux investissements cryptographiques. Parmi ses investisseurs figurent Bitmain, Okex et d’autres grands noms de l’industrie.

Qui sont les partenaires de Dragonfly Capital ?

Dragonfly promet d’investir dans trois types d’actifs : les applications décentralisées, les start-up technologiques et les fonds crypto. Son portefeuille est composé de plus de 20 actifs d’investissement, comprenant des fonds crypto, des gestionnaires d’actifs et Oasis Labs. Cette entreprise a été créée par Bo Feng et Alexander Pack. Ce dernier assure auparavant la gestion de crypto-monnaies et les fonds de Bain Capital Ventures. Il était également partenaire investisseur dans Polychain Capital.

Source : Pixabay. Un fonds crypto pour aider les start-up.

Feng est le co-fondateur de Ceyuan Ventures et le plus important investisseur d’Okex et d’autres entreprises. Les sociétés d’investissement en place avaient des difficultés pour participer à cette tendance technologique ces dernières années. Le problème est que la cryptographie n’est pas simplement une nouvelle technologie, mais une nouvelle classe d’actifs axée sur la technologie, chose que les gens ne comprennent pas souvent. Une nouvelle classe d’actifs appelle une nouvelle génération de gestionnaires d’actifs. Ce fonds répond donc à un besoin croissant.

Réunir l’Est et l’Ouest

Dragonfly affirme avoir identifié un marché potentiel pour combler le fossé entre l’Est et l’Ouest dans la crypto-économie et ainsi attirer des investisseurs américains et asiatiques. Les investisseurs américains sont notamment Olaf Carlson-Wee, Cyan Banister, Chris Dixon, Marc Andreessen et Salil Deshpande. Les investisseurs asiatiques comprennent Bao Fan, Zhang Tao, Bob Xiaoping Xu et Eric Xu.

Un parallèle entre le marché actuel des devises numériques et le boom d’Internet est constaté. La révolution des crypto-devises peut être encore plus grande qu’Internet et plus globale. Actuellement, on adopte une approche écosystémique en investissant dans des gestionnaires de fonds du monde entier et en connectant les meilleurs spécialistes de la technologie occidentaux.

Source :