La montée en puissance de Bitcoin a coïncidé avec des améliorations technologiques permettant à quiconque de commercer en ligne. Au Botswana, un pays enclavé, les contraintes géographiques n’ont gère empêché le commerce local de Bitcoin, même en l’absence d’un échange établi et géré localement.

Achats de Bitcoin basés sur un portefeuille

Le Bitcoin n’est pas illégal au Botswana, pays riche en diamants, mais il n’est pas toujours facile à obtenir. Souvent, les résidents achètent leurs Bitcoins sur des bourses situées à l’extérieur du pays ou par le biais de services tiers. Dans des cas extrêmes, ils ont dû franchir physiquement la frontière pour se rendre en Afrique du Sud. Phillonah Shamukuni fait face à des difficultés, mais elle est déjà considérée comme un chef de file dans la niche de Bitcoin au Botswana. En tant que filiale indépendante d’une société mondiale d’investissement basée sur la rémunération en Bitcoin, cet étudiant de 21 ans en comptabilité a aidé à organiser plusieurs rencontres pour les passionnés de crypto-devises dans le pays afin de favoriser l’adoption de cette devise numérique.

Ci-dessous une vidéo en anglais montrant le commerce de Bitcoin dans le pays :

Il y a une chance qu’elle gagne quelques Bitcoins comme paiement de ses efforts. Cependant, Shamukuni s’appuie sur le portefeuille Bitcoin pour réaliser des achats directs, au moyen de cartes bancaires acceptées dans le monde entier. Elle était surprise lorsque Simplex, un fournisseur tiers, a cessé de desservir son pays à la fin de l’année dernière, ceci sans aucune explication.

Arbitrage en Afrique

La question de la tarification des Bitcoins est un problème courant dans de nombreuses régions africaines. Il n’y a tout simplement pas assez de Bitcoins en circulation, ce qui fait que trop de gens ont accès à une quantité infime de cette crypto-devise.

En conséquence, il n’est pas rare que les investisseurs ayant accès à des dollars américains achètent des Bitcoins sur des bourses situées en dehors du continent avant de les décharger sur le marché local dans un but lucratif. Le Zimbabwe illustre parfaitement l’étendue de cet arbitrage extrême. À un moment donné, le Bitcoin s’est vendu avec une prime pouvant atteindre 90 % dans le pays.

Source :

NewsBitcoin