Face à l’hyperinflation, à une crise politique et aux ingérences internationales, la crise au Venezuela en est venue à représenter les faiblesses de la finance moderne et à montrer comment les crypto-monnaies pourraient la remodeler.

L’économie du Venezuela est dans une spirale négative depuis des années, avec des contrôles de capitaux extrêmement stricts remontant au début des années 2000 empêchant les citoyens d’acquérir des devises. La situation politique a atteint son paroxysme lorsque le chef de l’opposition, Juan Guaido, s’est déclaré président légitime. Dans cette instabilité, les Vénézuéliens ordinaires souffrent.

Les économies en crise stimulent l’adoption du Bitcoin

Avec la monnaie locale en baisse de valeur alors que l’inflation devenait incontrôlable, les Vénézuéliens prenaient le contrôle de leur sécurité financière grâce à la crypto-devise. Sans cryptage centralisé, le Bitcoin offre aux individus un actif relativement stable dont ils sont pleinement propriétaires et avec lesquels ils peuvent réaliser des transactions, sans craindre le contrôle du gouvernement.

Voici une vidéo en anglais montrant la crise au Venezuela :

Au Venezuela, les citoyens ont adopté le Bitcoin pour conserver leurs actifs sous une forme plus stable. Malgré le coût élevé des échanges locaux, le Venezuela négocie plus de Bitcoins que les grands pays comme l’Inde, le Canada et l’Australie réunis.

Les crypto-monnaies souveraines ne sont pas toujours la solution

Alors que les Vénézuéliens se sont tournés vers le Bitcoin, le gouvernement a lancé sa propre crypto-devise, le Petro, dans le but de mettre fin à l’hémorragie du bolivar. Prétendument soutenu par les réserves de pétrole du pays, le Petro a été largement accusé d’être une arnaque.

Les responsables ont confondu la Blockchain sur laquelle elle fonctionne, n’ont pas montré comment sa valeur est indexée sur le prix du pétrole, n’ont pas construit une plateforme et ont même fait un retour en arrière sur le nombre d’échanges autorisés. En tant que crypto-devise souveraine, il est entièrement centralisé et n’offre aux utilisateurs aucune confidentialité ou sécurité.

Source :

CryptoSlate