À la fin du sommet des dirigeants du G20, il s’est conclu par un ensemble de promesses pour le secteur crypto en réponse aux normes mondiales en matière de cryptographies établies par le groupe d’action financière. Un groupe d’associations nationales de cryptographie vise à nouer des relations avec des organismes gouvernementaux et des décideurs mondiaux afin de veiller à ce que les meilleurs intérêts de l’industrie soient compris et valorisés au niveau international.

L’engagement du V20

Le sommet de deux jours des fournisseurs de services d’actifs virtuels ou V20 à Osaka, au Japon, s’est achevé samedi. Les décideurs et les représentants des principales entreprises du secteur crypto se sont réunis pour élaborer une feuille de route claire pour se conformer pleinement à un nouvel ensemble de recommandation du groupe d’action financière (GAFI) pour la réglementation mondiale des transactions des actifs cryptographiques.

Ci-dessous une vidéo les décisions des grands dirigeants :

Dans le même temps et dans la même ville, le sommet des dirigeants du G20 s’est également achevé samedi. À l’issue du sommet, le V20 a annoncé qu’un groupe d’associations commerciales nationales représentant des fournisseurs de services d’actifs numériques avait signé un protocole d’accord visant à créer une association offrant une voix unifiée mondiale au secteur crypto.

Mise en œuvre des directives controversées du GAFI

Le 21 juin, le GAFI a publié ses nouvelles directives concernant l’approche fondée sur les risques pour les crypto-devises et les fournisseurs de services associés. Toutefois, certains acteurs du secteur, notamment des fournisseurs de services tels que les échanges crypto, ont exprimé des préoccupations concernant la mise en œuvre de certaines recommandations.

Selon eux, les nouvelles règles pourraient avoir l’effet inverse de leur but, contraignant efficacement les transactions cryptées à quitter les plateformes contrôlées. Les représentants de l’industrie estiment que l’application de ces exigences pourrait avoir des conséquences imprévues, notamment l’encouragement des transferts P2P via des portefeuilles sans contrôle, qui sont beaucoup plus difficiles à suivre par les autorités.

Source :

NewsBitcoin