Les investisseurs de crypto-monnaies et les sociétés du secteur font face à une incertitude réglementaire ces derniers temps. La forte volonté de puiser dans leurs revenus et leurs profits va de pair avec un échec de la part des autorités et des régulateurs à comprendre pleinement la nature des actifs numériques décentralisés. 

Sans compter à quel point la réticence à légaliser quelque chose qu’ils veulent taxer est absurde. Des cas au Portugal montrent qu’il est difficile de savoir exactement ce que doivent exactement les commerçants, les investisseurs et les entreprises à l’État. Heureusement, la législation fiscale locale a une portée étroite, ce qui signifie qu’ils doivent payer moins que dans les autres pays.

Un marché exonéré de la TVA, des gains commerciaux épargnés de l’impôt

Un rapport du quotidien économique portugais Jornal de Negocios a dévoilé quelques détails sur le système fiscal portugais qui transforme le pays en une sorte de paradis fiscal crypto, du moins jusqu’à ce que les pouvoirs en place à Bruxelles se prononce sur la taxation du Bitcoin ou Lisbonne modifie son code des impôts.

Ci-dessous une vidéo en anglais relatant ces faits :

Selon le journal, les autorités fiscales et douanières portugaises, qui avaient déjà déterminé que les revenus du crypto trading n’étaient pas assujettis à l’impôt, ont récemment déclaré que les échanges et les crypto-monnaies sont exonérés de TVA.

Quelles taxes s’appliquent aux crypto-devises ?

Pour mieux comprendre l’impact de la fiscalité sur les revenus et les bénéfices de la cryptographie, il est nécessaire d’avoir une idée de base des différences entre les principaux types d’impôts applicables. Dans la plupart des cas, les personnes physiques et morales sont tenues de payer un certain nombre d’impôts directs et indirects. 

Un impôt direct tel que l’impôt sur le revenu des personnes physiques est imposé à une personne ou à leurs biens, tandis qu’un impôt indirect tel que la TVA est perçu sur les transactions.

Source :

NewsBitcoin