La Russie est un pays pas vraiment enchanté par les crypto-monnaies et tout ce qui va avec. Au point où il n’existe jusqu’à présent aucun cadre légal ou juridique canalisant l’usage ou le trading autour des monnaies virtuelles. Tout le monde change, y compris la Russie. La première levée de fonds en cryptos sur le sol de la Fédération a été réussie par la Banque de Russie qui l’a annoncée en mage d’un événement à Vladivostok en début de semaine.

Chine et Russie réunis autour d’une table

Copains très proches, la Chine et la Fédération Russe participent depuis le début de semaine au Forum économique de l’Est. Ce dernier regroupe les nations de l’est du globe. C’est justement en marge de ce sommet que la Banque fédérale russe a démontré ses capacités en simulant une ICO.

Pour rappel, la Fédération de Russie devrait également abriter en novembre prochain la Blockchain Life 2018.

Un test d’ICO grandeur nature en Russie

Trois acteurs majeurs du secteur bancaire russe ont participé à cette simulation d’ICO. D’une part la société Level One qui a émis les jetons de la transaction.

Une ICO – Crédits photo : Pexels

La banque Sberbank qui a joué le rôle de coordinateur de la transaction et la Banque de Russie qui jouait le rôle de garant des fonds et d’auditeur de la transaction financière.

Non, on ne s’achemine pas vers une crypto-monnaie nationale

Malgré l’engouement autour des crypto-monnaies, le retentissant succès du test ICO conduit par la Banque de Russie, l’homme fort du Kremlin Vladimir Poutine exclut totalement l’idée d’une crypto-monnaie nationale russe.

Ceci est principalement dû au fait que ces monnaies virtuelles sont non contrôlables par une autorité centrale. D’autres pays aficionados du versant concentrique des pouvoirs et de la finance tels que l’Iran ou le Vénézuela ont cependant déjà cédé aux sirènes des crypto-monnaies et de la blockchain… pour des raisons évidentes.

Source :

TASS